Les meuniers de la vallée de Sault

Les meuniers de la vallée de Sault

Les meuniers de la vallée de Sault ont connu leurs heures de gloire au XVIIIe et XIe siècle. Puis, l’activité meunière à lentement péricliter avant de disparaître.  Aujourd’hui, les grands moulins sont devenus des gîtes ou des fermes. Les nouveaux propriétaires ont souvent conservé le nom du moulin. Les bâtiments plus modestes n’ont pas résisté à l’épreuve du temps ou aux changement de mains.

Le meunier et son moulin

Le problème de l’eau

L’eau des rivières actionnait les roues des moulins de la vallée. Mais, leur fonctionnement en réclamait une quantité importante. Or, la vallée connaissait des épisodes de sécheresse, l’approvisionnement en eau des moulins devenait alors problématique. En 1806 le maire de Sault M COURTOIS écrit :

« l’eau fournie par toutes les sources réunies suffit à peine dans l’été pour fournir dans un jour l’eau nécessaire à un moulin pour moudre huit décalitre de blé : c’est ce qui a obligé de multiplier à grand frais les écluses et les moulins pour fournir aux besoin du pays. »

Mais, bien avant la mandature de M COURTOIS, la vallée de Sault comptait de nombreux moulins. Si vous jetez un œil sur la carte de Cassini, vous pourrez en compter jusqu’à 19 entre Aurel et Monieux.  Pour se rendre compte des aménagements réalisés pour palier au manque récurent d’eau, Il suffit de regarder les plans cadastraux. Les habitants de la vallée ont du multiplier les canaux et les écluses afin d’acheminer l’eau vers les béals (réservoir).

A quoi ressemblaient les moulins ?

Sur cette photo, ont peut voir les sous-bassement d’un moulin à eau de la commune de Monieux. Le canal qui alimentait les roues du moulin est aujourd’hui asséché. Mais, cela donne une idée de la configuration particulière de ces édifices.

Ruines d’un moulin à Monieux

Les moulins de la vallée de Sault tout comme ceux du Comtat Venaissin n’avaient pas de roue à aube. La roue actionnant la meule était placée sous le moulin dans une cavité appelée bol. Elle était positionnée sur un plan horizontal, et était entraînée par la force de l’eau, tombant sur les pales en forme de cuillères. Cette roue faisait tourner la meule via un axe vertical.

Vue du bol sous le moulin

Partie dormante de la meule ou gisant
meule tournante

Cette configuration n’était pas sans risque pour les meuniers. J’ai trouvé une gravure, où l’on voit un pauvre meunier coincé sous la roue de sous moulin. Cette image est fait un Ex-voto réalisé pour Notre Dame de Lumiére à Goult datant de 1820.

Les meuniers et leur famille

La profession de meunier, n’était donc pas sans risque ! Le métier se transmettait le souvent de père en fils comme beaucoup d’autres professions. Mais, il arrivait parfois que ce soit le gendre et non le fils qui reprenne l’entreprise.

D’aprés mes recherches dans le cadastre, les recensement et l’état civil, on ne peut pas faire de généralité sur le niveau de vie des meuniers de la Vallée de Sault. Car certains meuniers possédaient un patrimoine foncier assez étendu (maisons, moulins, prés, terres). Lorsqu’ils possédaient plusieurs moulins, ils pouvaient employer d’autres meuniers pour s’en occuper.

D’autres s’étaient portés acquéreur d’un moulin qu’ils faisaient entrer dans le patrimoine familial. Les moulins étaient souvent achetés avec leur cour, jardin et pré. Les plans cadastraux indiquent aussi la présence de maison attenante au moulin. Mais certains meuniers possédaient également une maison dans le village. Je pense que la majorité d’entre eux vivaient à côté de leur moulin.

Exemple d’une famille de meunier à Sault

La famille COUREN

Nous sommes en 1828 dans le cabinet de l’étude notariale de maître AUBERT notaire à Sault. Joseph GUIBERT vient de vendre son moulin à farine, ainsi que ses terres et ses prés à Elzéar COUREN. Elzéar est le fils de Martin COUREN meunier et de AUGIER Marie. Il est le deuxième  d’une fratrie de six enfants. Elzéar est marié à ARTAUD Rose, dont il a eu cinq enfants.

Donc Elzéar devient propriétaire d’un moulin dans le quartier des Tendilles à Sault. Mais pour les habitants, ce lieu est plus connu sous le nom de quartier Moulin de GUIBERT. Des terres, prés, jouxtant ce moulin sont déjà dans le giron de la famille COUREN. En 1874, Elzéar cède le moulin, l’écluse et le pré à son neuve Antoine COUREN. Antoine conserve le moulin une vingtaine d’année avant de le vendre à un meunier habitant un quartier voisin.

En consultant le cadastre bâti, je me suis rendue compte que vers la fin du XIXe siècle de nombreux  moulins sont vendus et transformés. J’ai trouvé un moulin transformé en scierie, une activité sans doute plus rentable que la minoterie. Mais, le plus souvent les moulins deviennent des maisons d’habitations.

Voilà, une première approche de l’histoire des moulins et des meuniers de la vallée de Sault. Cette étude s’étoffera au fur et à mesure de mes découvertes sur ce beau patrimoine tombé en désuétude.