Généalogie des Vincent

Généalogie des Vincent

du cardeur de laine au cultivateur

La famille VINCENT est originaire de THARAUX un petit village dans le Gard. Où ils étaient cardeurs de laine père en fils.

Le point de départ de mes recherches, est le couple Pierre VINCENT et Simone FONTANILLE.

Leurs enfants

  • Antoine épouse Louise Chabrière en 1684 à Tharaux
  • Suzanne épouse Raimond Bernard en 1690 à Tharaux
  • Georges VINCENT épouse en 1684 Marie DUCRE fille d’Antoine Ducré et de Euve Ayriére.

Georges VINCENT et Marie DUCRE  établirent un contrat de mariage chez maître Gaspard LABORIE notaire royal à Saint de Maruèjols. Malheureusement, Je n’ai pas pu lire le contrat car le registre est en mauvais état.

J’ai retrouvé un de leur fils Antoine VINCENT. Lequel s’est marié en 1707 à Saint-jean-de maruéjols avec Anne DUBOIS fille de Jean DUBOIS maçon et de Bonne ROUX.

Enfants

  • 1708 baptême Antoine VINCENT, sa marraine fut Bonne ROUX sa grand-mère maternelle et son parrain Antoine DUBOIS peut être son oncle.
  • 1709 baptême Jean VINCENT, sa marraine était Louise DUBOIS et son parrain Jean ESCOFFIER

1744 – 1804 Jean VINCENT de Cieure  à Saint Gilles

Avant 1744, Jean VINCENT partit travailler à Cieure prés de  Garons à 80 km de Saint-Jean-de-Maruéjols. Il fut bayle dans la métairie du FOURNIGUET. Laquelle appartenait à la famille de BAGUET, les seigneurs du terroir de Cieure.

Localisation de la métairie du Fourniguet et de Cieure sur la carte Cassini
Localisation de la métairie du Fourniguet et de Cieure sur la carte Cassini
  • En 1744, Jean VINCENT se maria avec Rose DANIEL fils de Claude DANIEL ménager et Jeanne ESCOFFIER du Mas d’Amouroux (Les Plans)
  • 1746, baptême de Jean Vincent
  • 1750, baptême d’Estienne Vincent né à la métairie du Fourniguet
  • 1752, baptême d’Antoine Vincent né au Fourniguet

Jean Vincent décéda à l’age de 54 ans dans la métairie où il avait travaillé. Il fut enterré au cimetière de Garons. Sa femme décède treize plus tard à l’age de 55 ans, elle est ensevelie auprès de son mari à Garons. Ses enfants ne furent pas présents lors de son enterrement.

Jean VINCENT et Jeanne MARTIN

Jean VINCENT (junior) n’a que 17 ans lorsque son père mourut. Il est le premier né de la famille, il dut endosser le rôle de chef de famille et prendre la suite de son père. Il devint maître valet à la métairie du FOURNIGUET. De ce fait, il avait sous ses ordres les autres domestiques de la métairie.

Il se maria en 1782 avec Jeanne MARTIN à Garons ; c’est un mariage sans filiation. J’ai pu retracer leur ascendance grâce aux témoins présents lors des baptêmes.

  • 1783 Baptême de Jean Vincent parrain Joseph Martin aïeux du côté maternel et marraine Marie Pontier
  • 1785 Baptême de Jeanne Vincent parrain Estienne Martin marraine Marie Martin, Jeanne décéde le  lendemain.
  • 1787 Baptême de Jean Vincent marraine Louise Martin tante de l’enfant. Jean Vincent décède en 1810 à Garons.
  • 1801 Joseph Vincent à Garons, il épouse Jeanne Comy en 1825
  • 1804 André Vincent à Cieure (Sieure) commune de Saint Gilles.

Entre 1801 et 1804 Jean et Jeanne partirent de la métairie du FORNIGUET pour s’installer sur la commune de Saint Gilles. Jean VINCENT  devint ménager. Cela qu’ il a  sa propre ferme avec des parcelles à cultiver. Il s’installa à Cieure sur les terres qui appartenaient à ses anciens employeurs. Je pense que le changement de statut est du à la révolution Française et à la redistribution des biens.

Jean ne profitera pas longtemps de son nouveau statut car il décèda en 1804. Sa femme mourut 16 ans plus tard à Saint Gilles.

1832- 1870 André Vincent à Garons et à Bouillargues

André VINCENT fut berger sur la commune de Garons. Il épouse Marguerite Alexandrine JEAN (fille de Jean JEAN et de Marie BLANC) en 1832 à Bouillargues.

  • 1834 Joseph Vincent
  • 1836 Jean Vincent
  • 1840 Guillaume Vincent, il est épouse Eugénie TRONCY en 1866

Vers 1862 André vendit son troupeau, afin d’ achèter des terres et une maison à Garons. Ses fils Joseph et Guillaume travaillairent avec lui sur l’exploitation.

En 1870 André VINCENT décéda à Garons.

1866- 1918 Guillaume VINCENT à Garons

Il fut cultivateur comme son père. Il épousa Eugénie TRONCY fille d’Etienne TRONCY berger et de Suzanne ARMAND.

Guillaume VINCENT décèda en 1918 à Garons

Voilà,  retracé l’histoire des ancêtres de mon arrière-grand mère maternelle Suzanne VINCENT.

1 réflexion au sujet de “Généalogie des Vincent

  1. Témoignage : Jean Claude Piolenc
    Où en étaient vos recherches généalogiques avant que je vous apporte mon aide ?
    Je n’arrivais pas lire le document notarial de mes ancêtres.
    Qu’avez-vous apprécié dans ma méthode de travail ?
    La disponibilité et l’absence d’appât du gain.
    Qu’avez-vous obtenu comme résultats grâce à mon aide ?
    Les prénoms et l’origine du domaine de la grand-mère de ma grand-mère.
    Me recommanderiez-vous à votre entourage ?
    Sans la moindre hésitation.
    Qu’auriez-vous envie d’ajouter ?
    C’est ma fille Véronique, organisatrice du salon du bien être à Mornas qui nous a présentés.

    Je vous remercie de votre participation.

Les commentaires sont fermés.